Partagez | 

 Cattleya - Fly me to the Moon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageLun 2 Fév - 16:02

{weyr} NOM
______________ft . CELEBRITE



© Crédits
« Fill my heart with songs and let me sing forever more. »


›› NOM . Cattleya. Elle est la fille de Talweg, compagnon guérisseur au Fort, et de Caitya, Dame verte au Weyr d’Ista.

›› DATE DE NAISSANCE . 15.08.1236
›› AGE . 21 révolutions
›› ORIGINE . Cattleya a grandi avec son père au fort d’Ista.
›› SEXUALITÉ . La question ne s’est jamais posée, pour elle, une femme aime un homme, point.

›› METIER . Dame Dragon
›› RANG . Dame dorée mineure
›› ÂGE LORS DE L'EMPREINTE . 15 révolutions

›› DRAGON . Aramanth
›› ISSU DE . Citrieth & Kaleth .{ Weyr d’Ista
›› ÂGE DU DRAGON . 5 révolutions
›› COULEUR . Dorée
›› TAILLE . 13,5m

›› EN QUELQUES MOTS . Déterminée. Ambitieuse. Rusée. Passionnée. Protectrice. Aimante. Loyale. Indépendante. Têtue. Critique. Fière. Optimiste. Organisée. Téméraire. Fataliste. Impassible. Responsable. Orgueilleuse. Amoureuse. Maternelle. Volontaire. Serviable. Autoritaire. Meneuse. Patiente. Stratège.

Réputation & Impressions

    Au fort, Cattleya a longtemps été vue comme une gamine docile, renfermée. Suivant son père partout à la moindre occasion, jamais un mot de travers, et obéissante comme pas deux. Cattleya n’était pas du genre à refuser d’accomplir une tâche, peu importe qu’elle soit valorisante ou non. Si au début on percevait son obéissance et son absence de réaction comme une qualité, rapidement les gens du fort ont commencé à penser que cela renfermait un trouble, probablement dû au fait que sa mère l’avait abandonnée pour filer au Weyr d’Ista, alors qu’au Fort, il se murmure depuis si longtemps déjà que les dragons n’ont plus vraiment d’intérêt. Et d’ailleurs, les amis de son père ont toujours dit que c’était pour cette raison que la gamine s’intéressait tant au Weyr, et lors de chaque Quête regardait avec des yeux emplis d’admiration ceux qui partaient pour tenter de conférer l’empreinte à un dragon.

    Son père non plus ne compris pas assez tôt qu’elle ne regardait pas en arrière, qu’elle ne voyait pas sa mère en chaque dame-dragon. En ces dames, elle se voyait elle-même. Avec une détermination à toute épreuve. Une foi sans pareille. Peu lui importait ce que faisait sa mère, même si bien sûr elle avait un soupçon d’admiration pour celle qui avaient envoyé valser famille et convenances pour cette passion dévorante. Elle voulait être importante. Elle rêvait du retour des fils et de ce qu’elle serait alors. Elle rêvait du feu de l’action, et de ce lien si intense, plus fort que l’amour. Malgré tout, Talweg restait persuadé que sa fille ne le quitterait jamais, trop raisonnable pour s’embarquer dans une telle folie, trop digne pour abandonner un atelier.

    Son maître d’art était probablement le seul, avant son arrivée au Weyr, à voir Cattleya réellement, sans filtre, sans illusion. Lorsqu’elle a débuté son apprentissage, il a vu en l’adolescente la colère, la volonté indestructible.

    Au Weyr, elle a rapidement montré qu’elle ne recule devant rien, ou presque, pour accomplir ce qui lui semble correct. Elle a toujours suivi les ordres de ses ainés sans rechigner, pas du genre à se plaindre. Elle a traversé ces premières révolutions en tant que candidate, aspirante puis dame dorée mineure en regardant droit devant elle, sans sentimentalisme inutile, sans crainte infondée. Elle est souvent perçue comme quelqu’un de juste, de capable, mais malheureusement insensible, tant elle renferme tout ce qui pourrait nuire à ce devoir qu’elle s’inflige pour ne pas risquer de trébucher. Elle a su étonner ceux qui la pensaient trop jeune pour marquer une dorée, mais aussi décevoir ceux qui s’attendaient à ce qu’avec le temps, et maintenant dame dragon, elle s’adoucirait. Cattleya avance, apparemment sans état d’âme. Seuls ceux qui la connaissent le plus savent qu’au fond, il y a une Cattleya amoureuse, amoureuse de son dragon, de son Weyr, de sa vie. Amoureuse du ciel, de chaque rocher, et de ceux qui l’entourent, et que c’est de cet amour qu’elle tire autant de volonté.

    ●● PARTICULARITÉ {personnage} ● Rien à déclarer.
    ●● ET LE DRAGON ● Aramanth est une dorée dans toute sa splendeur. Autoritaire, supérieure, fière et d’un égocentrisme à couper le souffle. Et si tout cela est bien naturel chez la dragonne, l’amour, le culte que lui voue Cattleya n’a rien arrangé. Bien sûr, elle consent à coopérer avec ses pairs parce qu’elle ne souhaite pas se rabaisser à paraître capricieuse ou incapable d’assurer son rôle de dorée, mais au fond, rien ne lui fait plus plaisir que de voir Cattleya se plier en quatre pour elle, l’inonder d’un amour sans faille et lui offrir toute sa confiance. Elle aime ce sentiment de toute-puissance. Pour Aramanth, seules comptent vraiment Cattleya et les autres dorées. Elles sont dignes d’intérêt. Elle qui aime être le centre du monde s’adoucit avec les autres dorées, et ce sont bien les seules qu’elle estime réellement. Elle n’est pas du genre à se pavaner, même si l’admiration des autres dragons ou des humains vaut plus que la meilleure huile pour le cuir à ses yeux, mais elle reste persuadée qu’elle reste la meilleure, exception faite de Citrieth. Et encore, c’est un peu parce qu’elle n’a pas vraiment le choix. A se demander parfois comment Cattleya peut tirer quelque chose de sa reine tant celle-ci aime asseoir sn autorité sur tous. Et pourtant, elle lui est dévouée corps et âme, et courberait même l’échine devant une verte si elle le lui demandait. Heureusement, perdue dans son amour pour elle, elle sait bien que Cat’ ne lui demanderait jamais ça.


Confidences sur le bout de la langue

    ●● Les Fils devaient revenir il y a plus de deux siècles, pensez-vous qu'ils menacent encore Pern ? Aramanth est persuadée que les fils approchent, même si elle ne peut pas dire si ce sera dans une révolution ou dans dix. Elle le sait, ils reviendront. Et qui est Cattleya pour remettre en question la certitude de sa merveilleuse dragonne ? Alors oui, elle pense qu’ils menacent encore Pern. Elle pense même qu’ils sont d’autant plus menaçants que les infrastructures sont de moins en moins prévues pour leur résister, et que les hommes en doutent tellement. Mais elle a vécu au fort aussi, et elle sait bien que ce n’est pas par mauvaise volonté ou par pur ressentiment envers les chevaliers que la Dîme est de moins en moins belle, que les Forts sont de plus en plus dubitatifs. Evidemment, il est difficile de croire en des prophéties qui ne s’accomplissent plus. Peut être que Pern évolue, qui pourrait leur affirmer le contraire ? Ils n’ont pas la chance de comprendre les dragons, de ressentir en leur sein cette certitude inébranlable et incontestable que leur existence n’est pas vaine. Et puis, ceux des Forts voient femmes, époux et enfants partirent pour les Weyr, abandonner leurs racines pour un combat imaginaire. Combien de générations se sont engagées sans jamais combattre ? Elle comprend les doutes des Pernais, même si elle-même sait que ces doutes pourraient être mortels.

    ●● Des tensions sont nées suite à la mort de dragonnets pendant l'Eclosion survenue deux mois plus tôt. On raconte que les chevaliers-dragons accusent le Fort et les Ateliers de ne pas avoir fourni assez de Candidats. Quel est votre avis ? Sur ce sujet, Cattleya est bien partagée. Elle partage la colère d’Aramanth qui ne se remet pas de la mort de ses semblables, qui n’a cessé depuis d’imaginer qu’ils auraient pu être ses bébés, et que c’est un trop grand nombre d’âmes de gâchées. Bien sûr, elles ont toutes deux déjà vu des dragonnets s’éteindre sur les sables, mais généralement cette mort était causée par une trop grande faiblesse de la créature, et c’était l’ordre des choses. Là, il est bien plus difficile de faire le deuil de ces pauvres dragons. Et oui, les Forts ont une part de responsabilité. Laisser des dragons mourir, laisser une espèce s’éteindre par ressentiment ou parce que l’on croit ne plus avoir besoin d’eux est pour elle la plus grande des bêtises et aussi un acte d’une ingratitude extrême pour ceux qui ont toujours été aux côtés des hommes dans l’adversité. Mais ils ne sont pas les seuls en tort et Cattleya considère qu’il faudrait plus d’éducation, plus de communication pour que les gens des Forts reviennent sur leurs positions et fournissent plus de candidats. Il faudrait peut être aussi accorder plus de place aux enfants au sein du Weyr afin d’avoir plus de candidats malgré le manque de bonne volonté du Fort. Cattleya est aussi convaincue que ces accusations ne feront qu’attiser les tensions qui existaient déjà entre Weyr et Fort et qu’il est donc essentiel de maintenir une communication claire. Rester diplomates, à l’écoute et bienveillants est la meilleure façon pour elle de résoudre ce conflit. Faire comprendre aux habitants du Fort comme à ceux du Weyr que chacun a son importance et que l’union fait la force.

    ●● Le manque de chevaliers et de dames a poussé les Chefs du Weyr d'Ista à demander assistance aux autres Weyrs de Pern, que ce soit par aveu de faiblesse ou par perspicacité. Seul le Weyr de Benden a accepté de prêter main forte en acceptant de céder des dragons et leurs maîtres. Quel est votre avis ? Clairement, elle ne décolère pas. Cattleya est persuadée que si un autre Weyr avait demandé assistance, quelles que soient les relations entre les chefs du Weyr d’Ista et ceux du Weyr en demande, que ce soit les Hautes-Terre ou même le Weyr de Fort, des chevaliers et dames auraient été envoyés en renfort au plus vite. Alors elle ne parvient pas à accepter cette défection de la part de leurs pairs. Evidemment, raisonnablement, elle conçoit qu’il soit difficile pour certains Weyrs de ne pas pouvoir se séparer d’une partie de leurs effectifs même si un ou deux dragons en moins ne les auraient pas soumis à une tourmente infernale. Peut être même aurait-il été bon que la mobilisation soit plus précoce et que chaque Weyr envoie avant l’éclosion une petite poignée de candidats pour éviter la mort de ces pauvres dragonnets. En tous cas, ce manque de soutien l’affecte et elle a du mal à comprendre comment un tel manque de solidarité a pu survenir, malgré les désaccords politiques des différents Weyr. Par conséquent, sa reconnaissance envers les dames et chevaliers de Benden s’en retrouve décuplée. Elle est décidée à faire de son mieux pour faciliter leur intégration afin que tout se passe pour le mieux entre les natifs d’Ista et les nouveaux arrivants. Cependant, il ne faut pas qu’ils se leurrent. La politique d’Ista restera très probablement inchangée, et il va leur falloir beaucoup de bonne volonté pour se plier aux us et coutumes de leur Weyr d’accueil, car aussi reconnaissant qu’il soit, celui-ci ne changera pas simplement pour leurs beaux yeux. Elle espère qu’ils sauront faire preuve de bonne volonté et reste donc vigilante mais est persuadée qu’avec un peu de temps et de coopération, les choses s’arrangeront.


Mesure du temps

    N'hésitez pas à détailler rapidement tout ce que vous jugerez utile et important dans l'histoire de votre personnage (naissance, décès, changement de lieu, métier, etc). Pour cette partie, on vous demandera entre autres de donner les dates importantes de la vie du chevalier (date de première candidature, date de l'Empreinte, de la première affectation dans une Escadrille ou une éventuelle promotion).

    ●● 15.08.1236 ● Naissance de Cattleya
    ●● Fin 1238● Départ de sa mère pour le Weyr d’Ista en tant que candidate
    ●● Début 1240 ● Sa mère devient aspirante et coupe les ponts définitivement
    ●● Mai 1243 ● Départ de Silven, ami d’enfance, pour le Weyr d’Ista
    ●● Novembre 1247 ● Refus de son père de la laisser partir en tant que candidate pour Ista
    ●● Aout 1250 ● Début de son apprentissage de la pêche.
    ●● Mars 1252 ● Nouvelle quête, départ pour Ista en tant que candidate
    ●● Avril 1252 ● Cattleya confère l’empreinte à la dorée Aramanth
    ●● Avril 1254 ● Cattleya obtient ses nœuds de dame dorée
    ●● Début 1255 ● Premier vol nuptial de sa dragonne Aramanth
    ●● Mi 1256 ● Second vol nuptial d’Aramanth
    ●● Aout 1257 ● Mort tragique de nombreux dragonnets sur les sables


●● Pseudonyme (prénom) ● Maelin. ●● Age ● 25 ans ●● Double compte ● Non. ●● Comment as-tu connu le forum ? ● Google. ●● Présence ● 6 sur 7 jours ●● Commentaires (suggestions, avis) ● J’adore !. ●● Codes du règlement ●● When does a legend become a legend ?  

●● Célébrité ● Emma Watson.


Dernière édition par Cattleya le Lun 2 Fév - 22:30, édité 2 fois
avatar
Cattleya
Nouveau Pernais



Féminin

Age : 19 revs
Nom du dragon : Aramanth
Age du dragon : 2 révolutions
Métier : Dame dragon
Rang : Dame dorée mineure
Marks : 35



Pseudo : Maelin
Disponibilité RP : dispo
Crédits : Emma Watson (Acydic • signature)
Messages : 6
Revenir en haut Aller en bas
MessageLun 2 Fév - 16:02



{ainsi} s'écrit l'histoire
______________Tout vient à point à qui sait attendre.


Elle était partie. Caitya avait embrassée sa fille, haussé les épaules devant l’air boudeur de celui qui avait été son compagnon depuis leur plus tendres années et avait tourné les talons. Point. Pas d’émotions, pas de regard en arrière. Un vague mot doux à l’intention de celle qu’elle avait aimé plus fort que tout sur Pern, et puis plus rien. Le vide absolu. Talweg ne se souvenait même plus depuis quand sa compagne n’avait pas été à portée de vue. Amis depuis l’enfance, ils avaient choisi le même atelier et avaient toujours été ensemble. A l’adolescence, ils ne s’étaient pas éloignés, bien au contraire. C’était une évidence, et pas une fois ils n’avaient pensé vivre autrement. Ils n’avaient connu que l’autre, et Cattleya était arrivée un peu vite. Mais soit. Ils s’aimaient, du moins ils le pensaient, et ils firent face. Jusqu’à ce que tout change. Non, jusqu’à ce que Caitya change. Du jour au lendemain, du moins c’est ce qu’il avait semblé à Talweg, elle s’était découvert une nouvelle passion. Des dragons de quête étaient passés, rassemblant quelques candidats pour une éclosion à venir. Ce n’était pas la première fois, mais cette fois-ci était différente. Elle avait eu comme une révélation.

Elle n’avait parlé que de ça pendant toute une révolution, tentant de convaincre Talweg qu’il y avait une vie pour eux là bas, au Weyr. Elle voulait en faire un guérisseur du Weyr tandis qu’elle comptait parcourir les cieux sur un dragon. Talweg trouvait cela absolument ridicule. Non seulement jamais il n’avait envisagé de quitter le Fort, mais un problème bien plus important à ses yeux motivait son refus catégorique : les vols nuptiaux. On disait qu’alors que les dragons s’accouplaient, les humains qui y étaient liés ne pouvaient s’empêcher de s’adonner aux mêmes plaisirs. Pendant de longues soirées, ils en avaient parlé. Talweg ne concevait pas qu’on puisse se comporter ainsi en ayant aussi une famille, ne voyait pas comment elle comptait s’y soustraire. Et là fut le nœud du problème. Elle ne comptait absolument pas s’y soustraire. Elle ne voyait même pas ce qui le déranger. A ses yeux, ce n’était pas de l’amour, juste un faux-sentiments provoqué par les dragons. Et elle alla même jusqu’à qualifier son raisonnement d’insensé, comme s’il avait un train de retard. Il n’était plus à la page. Quand la Quête revint de nouveau jusqu’au Fort, Caitya partit.

Et voilà. Comme ça.

Cattleya dut vite apprendre à se passer de sa mère. Les premiers temps, Talweg avait emmené sa fille voir sa mère, ne serait-ce que pour montrer à Caitya ce qu’elle manquait en les abandonnant ainsi. Et finalement, Caitya s’éloigna. Elle cessa de se battre pour sa famille, se découvrant une nouvelle vie. Et avec l’éclosion de sa verte, elle se découvrit un amour qui surpassait de loin celui qu’elle avait éprouvé pour Talweg et même pour Cattleya. Comme si son cœur n’était pas assez grand pour qu’ils y logent tous, elle cessa de les voir, et mit un point final à la relation fragile qu’elle entretenait encore avec sa fille.

Mais le temps s’écoula, atténuant le manque. Au fort, Cattleya trouvait toujours à s’occuper, et son père était si présent que sa mère ne lui fit bientôt plus défaut. Elle grandit en enfant calme, d’un naturel silencieux. Elle observait, assimilait, mais ne réagissait pas. Parfois, un ami de son père avait un commentaire déplacé, se demandant si elle était tout à fait normale. Certes, elle était obéissante, et c’était essentiel pour une enfant. Elle semblait aussi assez solide, et ne faisait pas de bêtises. Elle n’avait pas l’air maladive ni même malheureuse. Mais l’absence de réactions quelle que soit le contexte laissait les adultes perplexes. Les enfants aussi d’ailleurs. Et pourtant, elle allait bien. Et son père ne trouvait rien à répondre. Talweg, qui avait laissé sa femme l’abandonner sans être capable de lever le petit doigt, ne répondait rien. Parce qu’il ne savait pas. Il ne parvenait pas à se libérer de cette colère envers Caitya et la jugeait responsable de tout ce qui pouvait clocher dans la vie de sa fille bien aimée. Et au fond, il était bien plus fréquent qu’une femme élève un enfant seule, alors qu’aurait-il pu comprendre à la psychologie d’une si petite fille lui ? Il les laissait dire. Il savait que sa fille était tout ce qu’il y avait de plus normale. Elle était renfermée, voilà tout. Réservée. Peut être un peu timide. Mais Cattleya était surtout gentille, et pour Talweg, c’était ce qui comptait le plus. Peut être qu’elle ne suivrait pas les traces de sa mère au moins. Elle n’était pas assez aventureuse, malgré sa curiosité à l’égard des dragons et du Weyr. Et, quand il cherchait une preuve que tout n’allait pas de travers pour son enfant, qu’elle ne souffrait pas trop de l’absence de son indigne mère malgré ce qu’elle disait, il se rassurait en se rappelant le bébé calme qu’elle avait été.


« Papa ? Est-ce que c’est vrai que les dragons, ça aime plus fort que les gens ? »

Talweg crut que son cœur avait perdu la cadence et battait maintenant sur un rythme qui n’avait rien d’ordinaire. Un roulement de tonner au creux de sa poitrine qui s’amplifia lorsqu’il croisa le regard émerveillé de Cattleya. Il s’était pourtant attendu à ce qu’elle aborde le sujet avec le départ de Silven un peu plus tôt dans la journée. Le garçon avait souvent aidé Cat’ dans ses tâches et elle semblait voir en lui un membre de la famille. Alors forcément, avec la Quête et ce garçon qui partait, il était évident que les dragons viendraient accaparer les pensées de sa fille. Mais il s’était attendu à une question plus neutre, une question plus facile. Sur le rôle des chevaliers, ou sur la vie au Weyr. Il avait même égoïstement espéré qu’elle lui demanderait pourquoi les gens abandonnaient ceux qu’ils aimaient pour aller rejoindre des œufs qui ne leurs apporteraient peut être rien du tout. Il savait qu’elle avait entendu les rumeurs, les ragots. Il savait aussi que Caitya, alors qu’elle prenait exceptionnellement des nouvelles de leur fille –ce dont il s’était bien gardé de lui parler – avait fait mention de cet amour inconditionnel et réciproque. Pouvait-il lui mentir ouvertement, sachant qu’il y avait de grandes chances pour qu’elle ne soit pas dupe et lui en veuille.

« Je crois… » Il soupira et embrassa le front de sa fille comme pour se donner du courage. « Je crois que c’est plus un genre de dépendance. Comme tous les animaux. Les chiens aiment énormément leurs maîtres parce qu’ils ont besoin d’eux, mais c’est moins fort parce que les chiens peuvent survivre sans maître. Si un dragon n’a pas de maître, alors il meurt. Donc je pense qu’ils sont plus reconnaissant envers les chevaliers que les autres animaux. »

Cattleya fronça les sourcils, apparemment peu convaincue. Mais il ne lut pas dans son regard l’indignation qui le culpabilisait encore plus que ses reproches quand elle savait qu’il déformait la réalité, aussi il poussa un soupir soulagé avant de lui demander si cette réponse lui convenait.

« Je ne veux pas que les dragons meurent. Et Silven m’a dit que c’était plus comme une âme-sœur. Les âmes sœurs, ce sont l’autre moitié d’une personne, c’est aussi Silven qui m’a dit ça. Comme deux amoureux qui ne se quittent pas de la vie. »

« Silven est un peu jeune pour connaître les choses de l’amour tu sais ? »

« Je crois que c’est plus important qu’un atelier. »


Elle ne perdait pas son cap, et Talweg bouillait de fureur envers Caitya, Silven et tous ces autres inconscients qui croyaient encore que ces reptiles volants avaient une utilité quelconque. Il lui semblait que ce bouillonnement allait faire exploser son cœur en même temps qu’une goutte gelée roulait le long de sa colonne vertébrale, emplie de toute sa peur à l’idée que Cattleya ne s’égare comme sa mère. Car s’il y avait une chose dont il était sur, c’est que des deux, il était celui qui avait toujours suivi le droit chemin, et les autres étaient dans l’erreur.

« Je pense que c’est ce que je veux faire. Même si tu n’es pas d’accord. »


Elle l’avait devancé et, connaissant sa fille, il refusa de participer à cette bataille. S’il s’opposait, elle renforcerait ses convictions, et il ne voulait pas entrer en conflit avec elle. Talweg, toujours égal à lui-même, souhaita bonne nuit à sa fille, convaincu que si on n’y portait pas d’attention, cette lubie lui passerait.


Chaque révolution, et parfois même plusieurs fois par révolution, ils revenaient. Ils prélevaient leur part de recrues, et chaque fois Talweg craignait que sa fille ne demande à partir. Il savait qu’elle était trop jeune, en théorie du moins, mais on racontait qu’il était plus difficile pour le Weyr de trouver des candidats quand les gens du Fort faisaient leur mauvaise tête alors qui savait ? Les chevaliers étaient, d’après lui, capables de tout. Elle n’avait cependant pas oublié son projet, et elle en savait maintenant plus que lui sur les dragons. Même si ce n’était pas un exploit vu le peu d’intérêt qu’il leur portait, ce fait inquiétait tout de même Talweg. Et un jour, Talweg s’opposa à sa fille. De toutes ses forces, la crainte de provoquer sa haine devenant plus faible que la peur de la perdre. Ils l’avaient vue, il ne savait pas exactement comment cela s’était passé. Elle était simplement rentrée en lui disant qu’elle avait besoin de son autorisation en tant que tuteur. Elle voulait aller sur le sable, attendre avidement qu’un œuf éclose pour qu’un nouveau né donne un sens à sa vie. Il s’attendait à ce qu’elle hurle sa colère mais Cattleya se contenta de se taire et de tourner les talons.

Elle attendit. Patiemment. Et elle recommença.

« Je veux y aller. »


Une nouvelle Quête venait troubler leur quotidien, leur routine pourtant si bien organisée.

« Je demanderai à maman l’autorisation si tu ne me la donnes pas. »


Talweg refusa, avançant que sa mère n’était pas son tuteur et ne pouvait rien faire. Qu’elle ne le voudrait peut être même pas, comme elle n’avait rien fait depuis qu’elle avait découvert l’ivresse de l’empreinte. Il en avait dit plus qu’il n’en avait jamais dit, était allé trop loin. Mais peu importait. Il était hors de question qu’il laisse sa fille aller au Weyr. La solution était toute trouvée : l’apprentissage.

Il lui fit faire un essai chez les guérisseurs avant même de réfléchir à ce qui lui conviendrait le plus. Comme a son habitude, Cattleya se plia à l’exercice sans faillir, acceptant les tâches qu’on lui confiait sans rechigner. Mais il était évident qu’elle n’était pas faite pour ça. Elle ne montrait aucun intérêt pour le métier, aussi il se résolut à lui proposer autre chose. Il était hors de question de l’envoyer chez les Harpistes qui lui laisseraient trop le loisir de penser aux dragons, aussi il arrangea pour elle un essai aux cuisines. Et finalement, Cattleya lui fit savoir qu’elle avait trouvé un apprentissage qui lui convenait. Elle partait pour la pêche. Elle s’adoucit un peu le temps qu’il restait à partager avec son père avant le départ, et Talweg n’y vit aucune objection. Le travail était connu pour être difficile, mais si elle le souhaitait, c’était toujours mieux que le combat contre ces fils qui ne tomberaient de toute façon plus jamais. Toujours mieux qu’imaginer sa fille subir les pulsions sexuelles d’une dragonne à l’appétit féroce et se prêter à qui voulait. Et puis, elle y aurait un peu plus de liberté, alors tout irait pour le mieux.

Pour Cattleya, l’apprentissage ne représentait pas du tout la même chose. Etre apprentie signifiait avoir un Maître d’Art. Un nouveau tuteur.

En attendant la Quête qui l’emmènerait loin des bateaux, elle travailla avec application, n’ayant aucune intention de bâcler son travail alors qu’on ne la prendrait peut être pas avant plusieurs révolutions. Elle fit preuve de patience, ne souhaitant pas que ses aînés pensent qu’elle profitait d’eux pour s’enfuir. La vie sur un bateau de pêche lui convenait assez bien. Si elle n’avait pas ce projet, cette obsession, cette vie lui aurait probablement parfaitement convenu. Et en attendant, c’était un délai qui n’avait rien de désagréable. Il fallut presque deux révolutions pour qu’elle saisisse sa chance. Malgré qu’il appréciait son travail, son maître lui donna son accord et Cattleya rejoignit les autres Candidats au Weyr d’Ista, attendant l’éclosion avec une impatience à peine dissimulée. Pour la première fois de sa vie, elle se montrait extatique. Elle redoublait d’effort dans chacune de ses tâches, même les plus ingrates. Elle ne vivait que dans l’attente de son avancée sur les sables et ce moment magique ou un dragon envahirait son esprit. Résolue, incapable de s’écarter de cette voie qu’elle suivait depuis si longtemps, elle repoussa les tentatives d’approche de sa mère qui la priait d’entendre raison et de comprendre son pauvre père. Cattleya considéra que Caitya n’avait pas son mot à dire, ne lui ayant offert que quelques petites révolutions d’attention et quelques lettres de son prénom.

Et après ce qui lui parut une éternité, elle s’avança sur le sable chaud aux côtés des autres candidats. Elle ne doutait pas. Elle marquerait un bronze s’il le fallait, mais quand elle s’éloignerait de l’aire d’éclosion, elle ne serait plus seule. Elle serait complète. Quelques dragonnets s’extirpèrent de leur coquille, parfois avec difficultés, et s’avancèrent vers les adolescents. Ceux qui marquaient annoncé à la foule le nom de leur dragon et délaissaient la scène pour nourrir leur nouveau compagnon dont l’appétit féroce semblait les envahir par vagues.

Aux côtés d’une fille un peu plus jeune qu’elle et d’un garçon dont c’était déjà la troisième éclosion, elle regardait les œufs se percer, se fendiller, s’écrouler et le nombre de dragons encore libres diminuer. Puis un œuf attira l’attention de toutes les filles qui attendaient encore. Un dragonnet, le plus beau qu’elle n’ait jamais vu, en sortit rapidement. Une femelle au cuir doré qui lui sembla attirer toute la lumière de l’aire d’éclosion. Elle était captivée et elle n’était pas la seule. D’autres candidates peinaient à ne pas se précipiter vers elle, conscientes qu’il ne fallait pas tenter d’imposer sa présence à un dragon juste éclos mais semblant peiner à respecter les consignes. La petite reine se prit une patte dans sa coquille, éprouvant quelques difficultés pour s’avancer sur le sable et une des candidates ne tint plus, s’élançant vers elle pour l’aider.

Vexée, la petite reine lui donna un coup de museau plein de mépris pour la repousser et secoua la patte avec force pour se libérer de cette entrave humiliante. Elle râla, défiant quiconque de la prendre à nouveau pour une faiblarde et s’avança. Elle balayait les candidates du regard, semblant les jauger tour à tour pour savoir laquelle serait digne d’elle et Cattleya crut que c’était perdu pour elle quand elle vit une fille avancer la main, l’air sur d’elle. Et finalement, la dragonne fit demi tour et avança droit vers Cat’, déterminée. La poussant un peu du museau elle s’insinua dans son cœur et dans son esprit à la fois.

*J’ai faim. Nourris moi.*

*Tout de suite jolie petite reine. Mais avant ma merveille, je dois annoncer ton nom.*


Flattée, la dragonne ne se fit pas prier pour répondre, claironnant un nom qui sembla le plus magnifique de tout Pern à Cattleya. Aramanth. Elle venait de naître une seconde fois.


Les premiers jours en tant qu’aspirante dame dorée ne furent pas de tout repos. Il y avait les quelques remarques concernant son âge, questionnant sa capacité à gérer une telle dragonne. Surtout que la belle Amaranth n’avait déjà pas un caractère facile et qu’éperdue d’amour pour elle, Cattleya peinait à s’opposer à elle. L’empêcher de manger plus que de raison était une tâche colossale, et la petite dorée était si exigeante envers cette gamine qui la flattait en toute occasion que l’adolescente ne savait plus où donner de la tête. L’espace de quelques jours, elle douta, se demanda si elle avait réellement l’étoffe d’une reine. Comment tenir tête à Amaranth ? Qui des deux devait mener la barque ? Comment reprendre le statut de meneuse qu’elle n’avait auparavant aucun mal à occuper quand il était clair qu’elle se faisait mener par le bout du nez par ce dragon nouveau-né ? Un peu trop fière pour avouer ses craintes à ce moment-là, elle lutta quelques jours, partagée entre l’envie de se battre et celle de laisser la dragonne prendre le dessus. Et puis un éclair, une illumination. Cattleya se secoua et reprit doucement le dessus. Amaranth ne devait pas savoir qu’elle avait peur et puisqu’elle savait tout d’elle, il fallait qu’elle chasse la crainte. La dorée n’était qu’un bébé, un condensé de caprice sous un cuir éclatant.

*Comporte-toi en reine si tu ne veux pas qu’on te préfère une petite verte.*

D’abord boudeuse mais assez futée pour comprendre que Cattleya avait raison, leur relation s’équilibra. Si Cattleya ne perdit pas cette habitude de flatter sa moitié, elle apprit à affirmer sa position, a exister elle aussi. Et les choses reprirent leur cours. Elle était sur une voie unique, balisée. Pas de regard en arrière, et pas d’égarement possible. Elle accueillit les enseignements divers avec bonheur, assoiffée de savoir comme elle l’avait toujours été. Elle avait ce sentiment d’être à sa place, et que tout irait toujours pour le mieux, même dans l’adversité. Elle avait Aramanth, et tout le Weyr à ses côtés. Une immense famille.

Les deux révolutions qui la séparaient de ses galons de dame dorée passèrent assez rapidement. Entre les leçons, les corvées et les soins de la dorée, ses journées étaient bien remplies et elle fut ravie de constater qu’elle n’avait pas trop de mal à prouver qu’elle était digne de confiance. Elle était à sa place, et c’était indéniable.

Puis les révolutions passèrent, et Cattleya prit pleinement conscience de son rôle. Si l’aspect diplomatique ne lui posait pas le moindre souci et s’était imposé comme une évidence, Cattleya ne put s’empêcher d’appréhender le premier vol nuptial d’Amaranth. Qui ? Comment ? Combien de temps ? Elle avait beau avoir été informée du déroulement de ces évènements, elle ne pouvait s’empêcher d’être influencée par son jeune âge et son inexpérience. Et si le chevalier du bronze qui couvrait Amaranth avait l’âge de son père ? Ou même plus ? Et les âmes bien pensantes qui la couvraient de conseils tandis qu’elle se réfugiait parfois aux cuisines pour décompresser ne l’aidaient absolument pas.

Puis le moment fatidique arriva, et les doutes s’estompèrent. C’était différent de tout ce qu’on lui avait raconté. Il n’y avait plus que sa dragonne qui importait. Elle était tellement fière, ressentait un plaisir si étrange et si intense à la fois en la voyant prendre son envol ! Il avait été difficile de l’empêcher de se repaître des bêtes qu’elle avait saigné, comme elle avait toujours rencontré des difficultés à la réfréner pour ce qui concernait la nourriture, mais un peu de flatterie et d’impatience firent l’affaire.

*Si tu manges ces animaux, même un brun pourra te rattraper, c’est ce que tu veux ?*

La dorée émit un râle furieux mais entendit raison et bientôt, cette étrange danse commença, majestueuse et si particulière. Etre le centre de l’attention leur plut à toutes les deux, et Cattleya abreuvait sa moitié de compliments.

*Montre leur ma merveilleuse. C’est ton premier vol, tu dois marquer les esprits par ta splendeur et ta magnificence. Ne laisse que le meilleur d’entre tous t’approcher.*

*Et le plus beau ?*

*Oui ma toute belle. Et le plus beau…*


Le reste fut flou. Mais le chevalier était moins vieux que ce qu’elle avait craint, pas plus de dix révolutions de plus qu’elle, et elle ne fut pas si gênée en sa compagnie après cela qu’elle ne l’aurait cru. Chaque vol nuptial pouvait changer la donne après tout. Ce n’était pas de l’amour mais du devoir, et c’était quelque chose qu’elle maîtrisait.

Et puis, le temps passa encore. Le drame survint. Des dragonnets à l’agonie, la terreur d’Amaranth, cette douleur et cette rage insoutenable qui lui donnèrent l’impression que ses entrailles s’embrasaient. Cette rage qui, même passée en second plan afin de mener à bien ses devoirs de dame dorée, ne cessait de la faire frémir. Amaranth était furieuse contre les gens du Fort, et même contre ceux des cavernes inférieures. Cattleya peina à l’apaiser, redoublant d’efforts pour adoucir son humeur. Très vite, trop vite, il fallait faire le deuil. Il fallait qu’elles accomplissent leurs tâches de dragonne et dame dorées avec plus de ferveur encore que d’ordinaire. Il fallait contribuer au rétablissement de l’ordre des choses. Apaiser les esprits échauffés des uns et des autres, faire front contre l’adversité. Un peu plus d’exigence et un peu plus de douceur. Se dire que les choses s’arrangeront. L’espérance est un risque à courir.


Dernière édition par Cattleya le Lun 2 Fév - 23:07, édité 3 fois
avatar
Cattleya
Nouveau Pernais



Féminin

Age : 19 revs
Nom du dragon : Aramanth
Age du dragon : 2 révolutions
Métier : Dame dragon
Rang : Dame dorée mineure
Marks : 35



Pseudo : Maelin
Disponibilité RP : dispo
Crédits : Emma Watson (Acydic • signature)
Messages : 6
Revenir en haut Aller en bas
MessageLun 2 Fév - 16:28

Eh bien et bien !!
Une bien belle fiche déjà remplie que tu postes là !

Je n'ai malheureusement pas bien le temps de tout lire de soir mais je m'y attèlerais au plus vite !

Bienvenue sur Dragonriders of Pern
J'espère que tu te plairas bien parmi nous et puis que dire... Emma Watson
N'hésite pas à réserver ton avatar, etc le temps que l'on te valide ;)

_________________



©Ryn
« Heat is required to forge anything.
“Arnold H. Glasow"
Every great accomplishment is the story of a flaming heart.»

avatar
Ijahn
Compagnon Forgeron

http://pern-dragonriders.forumactif.com/t114-ijhan-compagnon-for http://pern-dragonriders.forumactif.com/t139-ijhan-you-cannot-dream-yourself-into-a-character-you-must-hammer-and-forge-yourself-one


Age : 22 ans
Atelier : Telgar : Atelier des Forgerons
Métier : Forgeron Armurier
Rang : Compagnon
Marks : 169



Pseudo : Chwaer Fach / Kalgan / Ryn / Crevette
Disponibilité RP : Libre : 1/2
Crédits : Logan Lerman (avatar ©crevette • signature)
Messages : 110

à travers les yeux des dragons
Citation: You cannot dream yourself into a character; you must hammer and forge yourself one
Signes particuliers: Il a une marque de brûlure sur la cheville gauche et d'autres (moins importantes sur les bras)
Loyauté: L'Atelier des Forgerons et le Fort Principal d'Ista
Revenir en haut Aller en bas
MessageLun 2 Fév - 17:20

Bienvenue parmi nous =)
avatar
El'sten
Chevalier Brun



Masculin

Age : 37 révolutions
Nom du dragon : Nelereth
Age du dragon : 21 révolutions
Métier : Chevalier Dragon
Rang : Chevalier brun
Marks : 98



Pseudo : Nevermind
Disponibilité RP : Libre
Crédits : Richard Armitage (avatar • signature)
Messages : 22
Multicompte : /

à travers les yeux des dragons
Citation:
Signes particuliers:
Loyauté:
Revenir en haut Aller en bas
MessageLun 2 Fév - 18:04

Merci à vous deux ♥

Ijahn : Je fais la réservation tout de suite, merci. Et oui, Emma Watson J'ai envie de jouer avec elle depuis un moment déjà mais comme je ne fais que du HP, je trouve ça délicat de placer les avatars des films sur d'autres personnages. Du coup c'est l'occasion *_*

Et t'en fais pas pour ce qui est du temps de tout lire, je n'ai pas tout à fait fini de toute manière ^^. Je mange et je rajoute la dernière partie ensuite
avatar
Cattleya
Nouveau Pernais



Féminin

Age : 19 revs
Nom du dragon : Aramanth
Age du dragon : 2 révolutions
Métier : Dame dragon
Rang : Dame dorée mineure
Marks : 35



Pseudo : Maelin
Disponibilité RP : dispo
Crédits : Emma Watson (Acydic • signature)
Messages : 6
Revenir en haut Aller en bas
MessageLun 2 Fév - 18:10

Ok ! je vais aller t'ajouter au bottin pour réserver ton joli minois et n'hésites pas à poster dans le sujet dédié quand tu auras fini ta fiche

_________________



©Ryn
« Heat is required to forge anything.
“Arnold H. Glasow"
Every great accomplishment is the story of a flaming heart.»

avatar
Ijahn
Compagnon Forgeron

http://pern-dragonriders.forumactif.com/t114-ijhan-compagnon-for http://pern-dragonriders.forumactif.com/t139-ijhan-you-cannot-dream-yourself-into-a-character-you-must-hammer-and-forge-yourself-one


Age : 22 ans
Atelier : Telgar : Atelier des Forgerons
Métier : Forgeron Armurier
Rang : Compagnon
Marks : 169



Pseudo : Chwaer Fach / Kalgan / Ryn / Crevette
Disponibilité RP : Libre : 1/2
Crédits : Logan Lerman (avatar ©crevette • signature)
Messages : 110

à travers les yeux des dragons
Citation: You cannot dream yourself into a character; you must hammer and forge yourself one
Signes particuliers: Il a une marque de brûlure sur la cheville gauche et d'autres (moins importantes sur les bras)
Loyauté: L'Atelier des Forgerons et le Fort Principal d'Ista
Revenir en haut Aller en bas
MessageMar 3 Fév - 12:02

Bienvenue parmi nous !!
Je vais pouvoir venir t'embêter pour un petit lien !
avatar
Tùlia
Candidate

http://pern-dragonriders.forumactif.com/t129-tulia-petit-poisson http://pern-dragonriders.forumactif.com/t134-tulia-si-on-le-brave-le-destin-abandonne-la-plus-haute-etoile


Féminin

Age : 13 révolutions
Métier : Candidate
Rang : Candidate verte
Marks : 179



Pseudo : Em
Disponibilité RP : Libre
Crédits : Chloé Moretz (Blondie)
Messages : 76

à travers les yeux des dragons
Citation: Nous tissons notre destin, nous le tirons de nous comme l'araignée sa toile.
Signes particuliers: //
Loyauté: Modérée. Le Weyr et le Fort sont indispensables. Tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageMer 4 Fév - 18:08

Merci Tùlia !

Et avec plaisir pour le lien
avatar
Cattleya
Nouveau Pernais



Féminin

Age : 19 revs
Nom du dragon : Aramanth
Age du dragon : 2 révolutions
Métier : Dame dragon
Rang : Dame dorée mineure
Marks : 35



Pseudo : Maelin
Disponibilité RP : dispo
Crédits : Emma Watson (Acydic • signature)
Messages : 6
Revenir en haut Aller en bas
Message

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Cattleya - Fly me to the Moon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bonjour photos de mon Pt en Moon Disq
» [BD Bicycle Comics] Sur Yehuda Moon aujourd'hui
» Presentation de Moon et de sa 17
» session full moon à la Franqui
» We choose to go to the Moon - JFK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonriders :: Registres d'Ista :: Fiches & Personnages-